Bhoutan, Shangri-La postmoderne ?

Paro, Bhoutan / 27°25’N 89°24’E / 2011
(…) Paro, chef-lieu de district. Vingt districts compartimentent le pays, dirigés depuis vingt dzong. Nous en visiterons une dizaine, tous organisés sur le même principe. Des corps de bâtiments autour d’une cour, au milieu une tour, l’utse. Les lieux abritent, dans une respectable cohabitation, les administrations religieuses et séculaires, à égalité de pouvoir.(…) Le dzong de Paro et ses abords, image emblématique de l’architecture du pays. Sur une pente soutenue, d’amont en aval, Ta Dzong, la tour de garde et National Museum, puis le dzong, et au pied de la colline, le Nyamai Zam, pont couvert sur la Paro Chhu, la rivière, lointain affluent du Brahmapoutre. Ensemble de forte beauté, Bertolucci avait choisi ces lieux pour diverses scènes de son film Little Bouddha (1993), bon repérage (…)

(…) De beaux paysages et une architecture vernaculaire de qualité. Derrière ce pittoresque, on a vu poindre quelques manifestations surprenantes. En premier lieu le concept de BNB – Bonheur national brut. Effet d’annonce ou réelle orientation politique, c’était en tous les cas le signe d’une certaine originalité de pensée. De quoi susciter la curiosité, il fallait aller voir sur place. Depuis lors, et face à l’inexorable «effondrement»  ( cf. Jared Diamond),  de nos sociétés occidentales, ce petit pays discret revient, régulièrement, en mémoire : Bhoutan, Shangri-La postmoderne ? (…)

Lire l’article : Bhoutan, Shangri-La postmoderne ?

Voir le livre photos : Bhoutan. Roland Meige