La Bekaa express

Baalbeck, Liban /34°0‘N 36°12’E / 1994
(…) Descente versant Liban, parmi des voyous aux volants. Des dépassements hasardeux. Des Mercedes de tous âges, souvent sans immatriculation (…).  Dans les derniers virages on aperçoit les vastes cultures de la Bekaa. Ce pourrait être le grenier du Liban, de toute la région; les spécialités actuelles sont le cannabis, le pavot, et le Hezbollah. Le paysage est dévasté, des carcasses de voitures plantées dans les talus. Traversées de villages crasseux et déglingués, des types armés à tous les carrefours, des uniformes en tous genres. Dominant le tout, partout, des amoncellements d’ordures. Images d’un pays en déliquescence.
Arrivés en début d’après-midi à Baalbek, nous posons nos sacs à l’Hôtel Palmyra. Charme désuet, une étape qu’il fallait faire après le Baron d’Alep. Echappant à l’atmosphère glauque de cette région, nous nous précipitons aux ruines. C’est surprenant, colossal, on est abasourdi par la densité tectonique de cet ensemble (…).

Lire l’article : La Bekaa express

Une réflexion sur “La Bekaa express

  1. Pingback: La Bekaa Express | When Euskadi meets Lebanon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s