L’Erythrée à la dérobée

Erythrée / Asmara 15°19’N 38°55’E / 2000 – 2002
(…) Le pays est fermé, isolé, difficile d’accès et de déplacements. La presse est quasi inexistante, une maigre feuille officielle est parcimonieusement distribuée. Les journalistes et reporters étrangers, de plume ou d’images, sont persona non grata, leurs confrères Erythréens sont soit inféodés au régime, soit en prison; des disparitions sont signalées. La télévision nationale, dans le schéma bien connu des pays totalitaires, a pour fond d’écran le folklore et la glorification de l’histoire aménagée. L’Erythrée est classée par RSF – Reporters Sans Frontières au dernier rang de la liberté de la presse (…)
Lire tout l’article : L’Erythrée à la dérobée
Voir aussi : Asmara l’ambiguë Publié le 24.11.2014